Étranger. Dis-moi qui tu hais.

« Dis-moi qui tu hais ? » La question s’adresse à chacun d’entre nous car l’étranger est là, en nous, pas ailleurs, pas autrement, pas autre part. Extime dit Lacan. Là où je suis, il est et prend sur moi une vue dans laquelle je ne me reconnais pas.

Invitée de la Table Ronde : Bénédicte Jullien

Bénédicte Jullien est psychanalyste à Paris, Membre de l’Ecole de la Cause freudienne (ECF), Analyste de l’Ecole (AE) en exercice.

Elle est l’auteur de nombreuses publications dans la revue  La Cause du désir

Références bibliographiques, vidéos, citations…EN UN CLIC!

 

 « Ni sol, ni sang mais érotique du temps »,  par Christiane Alberti
Extrait de la Cause du désir n° 100
Ni sol ni sang, mais érotique du temps
La volonté politique la plus déterminée est impuissante si elle fait fi des ressorts élémentaires de notre âme. Épaissir le manteau réglementaire, démonter le réseau des passeurs, agir sur les pays d’origine, etc., ne peut rien contre le «  marché secret des exils », comme Philippe La Sagna l’a si bien nommé . Ces mesures ne dissuadent en rien de se frayer un chemin. Elle n’arrêteront pas ceux qui veulent vivre une autre vie: « La vie ou plutôt la qualité de vie que l’on peut proposer à l’autre, à ses enfants, sa compagne, la place dans le monde de chacun est aujourd’hui l’objet d’un marché secret ».(…) LIRE LA SUITE

 

Etranger, dis-moi qui tu hais ? par Patricia Loubet

Riad Sattouf publie en 2016 le premier tome de L’arabe du futur, Une jeunesse au Moyen-Orient (1978-1984). Quatre autres volumes paraitront en l’espace de trois ans, attendus par un public qui aime son tranchant, qu’un coup de crayon simple et précis affute.

L’arabe du futur « raconte l’histoire d’un enfant blond et de sa famille dans la Lybie de Kadhafi et la Syrie d’Hafez Al-Assad [1]». Cette bande-dessinée est l’admirable fresque de l’enfance de Riad Sattouf, partagée entre la France, pays de sa mère et la Syrie, pays de son père. (…) LIRE LA SUITE

 

A propos du titre « Etranger, dis-moi qui tu hais »,

par Manon Bienvenu

La lecture de cet intitulé soulève demblée une question : pourquoi accoler de cette manière, la haine à la thématique de l’étranger ? Est-ce que cette formulation cherche à souligner les inquiétudes qui traversent notre société devant larrivée des étrangers ? Ces inquiétudes sont-elles pétries de la crainte des intentions inconnues et peut être mauvaises des étrangers ? (…) LIRE LA SUITE

 

VARIATIONS SUR L’ETRANGER 

Francis Ratier présente Nadine Picaudou, historienne du Moyen-Orient

VOIR LA VIDÉO

 

 

 

(1/3) L’AILLEURS par Nadine Picaudou

 A issue de mes études d’histoire je cherchais un ailleurs dans un moment déterminé. Nous étions dans l’après 68 qui me semblait avoir tout refermé.

J’étais à la recherche d’un lieu où l’histoire soit encore chaude. Je voulais y être, participer à l’histoire en train de se faire au jour le jour.(…) LIRE LA SUITE

(2/3) LE LOINTAIN PROCHE, par Nadine Picaudou

Pourquoi ne pas utiliser le mot « étranger »  et lui préférer ailleurs ou d’altérité?

L’étranger est celui dont on ne parle pas la langue. Nous savons depuis Hérodote que « hirondelle parle barbare ».(…) LIRE LA SUITE 

 

(3/3) LE PROCHE ETRANGER, par Nadine Picaudou

C’est bien connu le Proche-Orient est hospitalier. Il l’est pour plusieurs raisons.

Premier devoir social, l’hospitalité n’est pas seulement un devoir. L’étranger commence juste à coté, à l’autre famille, au village voisin. Plus il est étranger plus il faut l’accueillir.(…) LIRE LA SUITE

 

***

 

L’exil : un ailleurs, par Marie-Christine Bruyère

« La maladie de l’exilé […] c’est la schizophrénie. On est toujours ici et ailleurs en même temps. »[1]

Celui qui parle ainsi est le romancier, Atiq Rahimi, Prix Goncourt en 2008 pour son livre Syngué Sabour, Pierre de patience(P.O.L.) ensuite adapté au cinéma. (…) LIRE LA SUITE

 

L’Autre qu’on diffâme, par Bénédicte Jullien

« Ce qui de plus fameux dans l’histoire est resté des femmes, c’est à proprement parler ce qu’on peut en dire d’infamant »(1). Pourquoi les femmes sont-elles la cible de l’insulte, du propos ignominieux, offensant ? Lacan l’énonce dans une formule percutante : « On la dit-femme, on la diffâme »(2). (…) LIRE LA SUITE

 

« Étranger, dis-moi qui tu hais ? » par Fouzia Taouzari ECF, AMP, ACF-VLB

Dans le Littré, Étranger est « celui qui est d’un autre pays, qui n’a pas la nationalité du pays, qui ne fait pas partie d’un groupe, d’un milieu. ». La question d’emblée me laisse perplexe. Elle suppose de demander à l’Étranger – sous cette appellation s’y logeraient les migrants, les musulmans, les juifs pour suivre l’actualité brûlante du moment – qui hais-tu ?(…) LIRE LA SUITE

Publicités